Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Malgré mon niveau, apprendre aux autres ce que je sais est un plaisir non dissimulé car je peux m’exprimer pleinement et surtout librement. Je n’impose rien aux gens à qui j’enseigne. Je propose une direction, libre à chacun de la suivre ou non.
Mes recherches quittent sans nul doute le domaine de l’art martial commun où seule la technique prime - à l’instar des sports de combat issus des Budo où seul les grades, titres et autre espèce d’efficacité illusoire sont souverains. Sachez que je n’ai rien contre ce type de pratique. Le but est que chacun trouve ce pourquoi il est fait en accord avec son propre caractère. J’admets seulement que la pratique dure ne me satisfait pas car elle me semble trop facile à atteindre.
Le Budo doit permettre à l’Homme de se réaliser pleinement, la technique n’étant qu’un moyen de trouver son propre chemin.
Je me suis posé la question suivante : qu’est-ce que le Budo au 21ème siècle ? Je vous invite blogueurs, internautes et autres personnes de passage à répondre à cette question. Voici ma réponse actuelle :

« À une époque je pensais que le Budo était une préservation de la tradition des guerriers de jadis, où la technique devait permettre de devenir fort, de contrôler tout type d’adversaire et d‘atteindre une espèce de palier d‘illumination où tout devenait limpide une fois cette maîtrise obtenue.
Sur certains forums, j’avais des paroles parfois assassines sur certains concepts qui m’échappait, tant par la pratique que par la philosophie. Cela prouvait à ce moment que j’étais simple d’esprit et enfermé dans un carcan d’immaturité et d’incompréhension.
Il faut se rendre à l’évidence : l’aikido change. La philosophie reste la même mais les recherches corporelles se transforment. L’être humain évolue lui-même. On devient moins massifs, d’avantage filiforme et beaucoup plus grand. La technique s’en retrouve elle-même modifiée de ce simple fait.
La pratique est devenue un reflet de notre société : on ne se bat plus dans la rue comme aux temps de nos parents, Généralement des groupes de 5 ou 6 personnes rackettent une personne plus faible et avec des armes (pistolets et couteaux en sont les maîtres). Les violences que l’on perçoit aux infos sont les remous du cœur humain, insatisfait de cette société totalitaire.

Mon concept du Budo en ce troisième millénaire est une pratique destinée à effacer les tensions du corps et du cœur. Revenir à un état de paix où l’on apprécie chaque moment de l’existence, où l’on respecte chaque forme de vie et où chaque découverte amène à un émerveillement.
La technique ne doit pas se réaliser au détriment de soi-même ou de l’autre, mais doit pouvoir nous amener à une meilleure compréhension de l’Humain dans le domaine du physique. L’étiquette, elle, le réalise dans le domaine de l’esprit.

Une pratique martiale pure et dure dans le simple fait d’être efficace n’amène selon moi qu’à une fermeture et à une domination de l’autre. La recherche de chaque principe et la mise en application de ceux-ci est intéressante dans le sens où le chemin est plus long, le but à atteindre terriblement loin, mais où la technique ne se résume pas qu’à une simple torsion de poignet douloureuse. »

Tag(s) : #Découvertes-Reflexions, #Arts martiaux

Partager cet article

Repost 0