Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Depuis mon accident de voiture survenu le 12 avril dernier, j'ai bien senti que des changements s'étaient opérés dans mon corps. D'une part, la douleur bien que forte et persistante ne m'a pas tenu éloigné des tatamis plus d'une semaine et malgré cela, rien ne m'empêchait pas de pratiquer quotidiennement chez moi certains exercices tels que les étirements, les déplacements de base ou la méditation.

 

Toutefois, j'ai bien senti que je devais ré appréhender mon corps et mes sensations, renouveler la confiance en ma mémoire corporelle. C'est ainsi que je suis repasser d'un travail dynamique à un travail lent comme en début de saison et que je l'ai incorporé d'ailleurs dans mes cours. D'une certaine façon cela me faisait du bien physiquement et d'autre part, il me fallait revenir à un travail plus fin ne serait-ce que pour analyser les différents principes qui régissaient les techniques que j'effectuais au dojo.

 

C'est ainsi que je m'attelais à travailler le plus lentement possible et à faire des chutes très lentes et à ras le sol. Que je tentais de compiler mentalement chaque principe que j'entrevoyais me rendant compte de plus en plus de leurs similarités et complémentarités.

 

Pourtant malgré mes efforts, je ressentais toujours des tensions, des petits problèmes de mobilité, je savais que mon épaule bien qu'elle n'était pas cassée ne possédait plus sa totale mobilité. Il me fallait faire quelque chose pour remettre les muscles en place, réapprivoiser chaque nerf et ressentir au plus profond ce qu'il se passait.

 

C'est ainsi que je me suis mis par hasard au yoga chez moi. Cette discipline, je ne la présenterai pas mais j'avoue y prendre du plaisir et grâce à cela j'arrive à me réapproprier mon corps et à me découvrir de nouvelles sensations. J'y consacre donc une à deux séances par jour soit au minimum 20 min avant de débuter mon entrainement quotidien en aikido hors dojo qui comprend déplacements de base, travail aux armes et techniques dans le vide.

 

Après je peux comprendre qu'il est difficile de pratiquer hors de son dojo, par flemme, par ignorance des exercices à mettre en place par manque de temps et d'énergie mais comme disait Sagawa sensei un grand maître de Daito Ryu

 

 

« Aussi occupé que vous soyez vous mangez trois fois par jour. Vous devez considérer l'entraînement de la même façon. Changez simplement votre façon de penser »

 

C'est quelque chose que j'essaie de faire au mieux même si cela n'est pas toujours évident. L'idéal selon moi est de s’entraîner pas forcément des heures entières mais de faire les choses correctement, y trouver du plaisir et éviter les blessures résultantes d'une mauvaise pratique.

Cela vaut mieux que des heures d’entraînement en touriste. Ne vous attendez pas à des résultats immédiats, pratiquer, chercher, expérimenter et les réponses viendront. Cependant, ayant toujours à l'esprit l'envie de faire les choses le mieux possible, fixez vous des objectifs simples et amusez-vous pendant que vous vous entraînez.

 

Bonne pratique ! Ya plus qu'à...(comme je dis souvent lors de l’entraînement au dojo aux élèves)

Partager cet article

Repost 0