Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'aikido est un art martial. Cette expression regroupe les termes « art » et « martial ». On le traduit généralement par Budo qui signifie Voie martiale. Pourtant même si ces deux traductions sont différentes de part leur nature profonde ou encore tout simplement de par le mode de culture qui les a vu naître, il y a une chose qui prédomine malgré tout. Que ce soit l'Art ou la Voie, il y a un processus de cheminement personnel.

 

Un jour, un élève m'a fait la remarque suivante : «  tiens c'est bizarre, tu as construit ta propre technique, et elle ne ressemble pas du tout à la sienne (celle de notre professeur), on dirait ton propre style. »

Cette phrase m'a interloqué, elle m'a fait réfléchir. Je savais que je pratiquais des choses différentes de mon enseignant, je savais aussi que j'allais chercher des choses à droite et à gauche. J'avais et j'ai toujours à cœur de faire évoluer mon travail étant un chercheur toujours insatisfait de ma pratique. Mais jamais il n'était question d'avoir un style, je pensais qu'être resté auprès de mon enseignant pendant toutes années m'aurait marqué d'avantage.

 

Mais je voyais ma progression et je sentais que des choses se débloquaient de manière exponentielle alors que j'étais resté pendant des mois bloqué face à un mur que je trouvais infranchissable. J'ai le sentiment très profond que les arts martiaux sont des outils qui permettent de travailler une matière brute et de la sublimer. Cette matière c'est nous.

 

Comme un ébéniste travaille le bois et fait des meubles, il utilise des outils, il acquière un savoir faire au fur et à mesure qu'il s’entraîne et un beau matin il se réveille et devient un artisan puis les années passant il travaille sans relâche puis un jour il est reconnu comme un maître artisan. Il fabrique des chaises, des petits meubles ou des boites à bijoux en bois finement ouvragées.

Cependant, il travaille avec des ciseaux à bois et d'autres outils que je ne connais pas, mais pourtant, il a à cœur de faire évoluer son art et de le transmettre à la génération future. C'est ainsi qu'il crée de nouvelles techniques, plus rapides mais avec le même rendu ou passant par d'autres gestes que ceux qu'il a appris de son maître. Il s'essaye à la pyrogravure ou travaille avec des machines au laser. Il accepte de nouvelles commandes et se lance des défis.

 

J'estime que les arts martiaux doivent faire la même chose. Il ne s'agit pas de faire n'importe quoi, mais j'ai à cœur de défricher certains sentiers battus, de tester des choses. Bien entendu il y aura des erreurs de commise. Certains diront que ce n'est pas de l'aikido, d'autres diront que c'est une perte de temps. Mais comme un artisan j'ai envie de transmettre mon art, d'être ouvert d'esprit. De progresser et d'enseigner à la génération future. J'ai envie que mon aikido devienne un outil et qu'il fasse de moi une table ou une chaise finement ouvragée.

 

Je ne souhaite pas que l'aikido devienne la matière brute et le pratiquant l'outil car certains se compareront en disant « mon outil est plus gros que le tien et mon aikido est devenu plus beau ». C'est ainsi que certains prennent le melon. Le but n'est pas de créer un bel aikido. Le but est que grace à l'aikido vous soyez une matière brute transformée où le véritable vous même apparaît. Mais il ne s'agit pas de le faire apparaître aux autres, mais de vous retrouver face à ce que vous êtes vraiment. Lorsque cela m'arrivera alors peut être aurais-je un bel aikido ? Peut être serais-je profondément déçu de ce que je serais devenu ? Mais après tout il ne s'agit que de moi et je ne pourrais m'en prendre qu'à moi-même.

 

Mon souhait le plus cher est de former des gens qui deviennent autonomes qui gardent l'esprit ouvert et les yeux emplis d'étoiles à la vue d'une pratique qui les a émerveillée la toute première fois. Je n'ai jamais oublié ce sentiment la première fois que je suis entré dans un dojo d'aikido. C'est une sensation merveilleuse qui ne m'a jamais quitté.

 

Alors travaillez sans relâche. Partager avec les autres dans la joie et créer des liens solides. Devenez votre propre artisan, travaillez vos bases mais posez vous la question qu'un jour peut être vous devrez faire vivre votre art. Faire vivre son art c'est y ajouter une part de vous même, montrez ce que vous etes véritablement. N'ayez pas honte de vos échecs et de vos erreurs car elles font parties de vous, tout autant que vos succès, de la même manière que chacun est différent, ce sont des choses qui n'appartiennent qu' à vous.

Partager cet article

Repost 0