Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour celles et ceux qui lisent mon blog avec assiduité, vous savez que j'ai l'envie d'enseigner l’aïkido un jour et d'avoir mon propre dojo. La transmission est quelque chose - aussi loin que je me souvienne – que j'ai toujours souhaité faire. Alors peut être croyez-vous que cela me donnerait une certaine importance aux yeux des autres ? Ou qu'avoir le « titre » de professeur me donnerait un certain cachet, une position sociale et que sais-je encore ? Il n'en a jamais été question.

Pour ma part, l'enseignement d'un savoir faire est quelque chose qui fait parti de la discipline, d'une étape à franchir à un moment donné.

La transmission des connaissances n'a jamais été un but à atteindre en soi, bien au contraire, il existe des pratiquants dans leur immense majorité qui ne se sont jamais tourné vers l'enseignement. Toutefois, cette étape n'est qu'à mes yeux le cheminement logique de tout pratiquant amené à vouloir se remettre en question et à sortir de ses habitudes, comme un enfant qui un jour quitte le nid familial pour construire le sien. Cela reste une étape naturelle d'autonomie et de prise en charge mais qui doit être réalisée avec envie.

Pourquoi je fais un article sur cela, et bien tout simplement parce que j'ai été touché il y a peu de temps par un gamin qui est de lui-même venu me voir pour l'aider à mettre son hakama et à le plier à la fin du cours. Alors pourquoi moi et pas notre enseignant ? je ne saurais le dire mais depuis longtemps en tant qu'ancien, je suis habitué à aller naturellement vers les gens pour les aider lors de leur premier cours, à leur expliquer le fonctionnement d'un dojo, comment se mettre en seiza sur la ligne du salut par ordre d'ancienneté, comme faire ukemi, shikko etc..j'ai été surpris par cette sollicitation.

Bien entendu je me suis attelé à l'aider à mettre son hakama, à lui expliquer comment le porter et qu'avec le temps il trouverait sa propre façon de le mettre afin qu'il se sente plus à l'aise dans la pratique, comment le plier et le défaire. J'ai été agréablement surpris qu'il ait suivi mes conseils le plus naturellement du monde. C'est dans ce genre d'échange que je dis que voir un élève progresser reste le plus beau paiement pour un enseignant.

Partager cet article

Repost 0